Histoire du collège

REPUBLIQUE DU SENEGAL
MINISTERE DE L’EDUCATION
NATIONALE

OFFICE NATIONALE DE LENSEIGNEMENT

CATHOLIQUE DU SENEGAL (O.N.E.C.S)bernard.jpg

 

 

FICHE DE RENSEIGNEMENTS

 

 

 

ETABLISSEMENT : LYCÉE SAINT CHARLES LWANGA ADRESSE Boulevard Edouard DIATTA B.P : 231 Ziguinchor N° TEL : 33.991.10.79 N° D’OUVERTURE : 2527 / MEN / EP du 03/03/71 N° DE RECONNAISSANCE : 13214 MEN / SEP du 23/11/73 ………. PRENOM ET NOM DU DECLARANT RESPONSABLE : Abbé Edmond SAGNA PRENOM ET NOM DU DIRECTEUR TECHNIQUE : Abbé Bernard DIATTA N° D’AUTORISATION : 011160 MEN / DEP du 30.12.74

 

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE PRIVE

 

Année scolaire : 2007-2008
Nombre de classes autorisées : 14
Nombre de classes autorisées fonctionnant effectivement : 14
Effectif total :631 élèves

 

ADMINISTRATION :
Proviseur : Monsieur l’Abbé Bernard DIATTA
Censeur :

 

ACCUEIL :
Secrétariat Comptabilité : Mademoiselle Léocadie COLY
Secrétariat reprographie : Monsieur Jean Jacques Honoré BIAGUI

 

SERVICE TECHNIQUE : Monsieur Alexis SAGNA

 

INFIRMERIE : Monsieur Emile MANGA

 

BIBLIOTHEQUE : Monsieur Edouard SAMBOU

 

SURVEILLANT GENERAL : Monsieur l’Abbé Bertrand Ateuille BASSENE

 

MONOGRAPHIE DU LYCÉE SAINT CHARLES LWANGA

1. Localisation :
Le Collège Saint Charles Lwanga est établi au Sénégal. Il est situé dans la région naturelle de Casamance, dans la ville de Ziguinchor qui à 200.000 habitants et qui est à 450 km de la capitale Dakar.

2. Historique de l’établissement :

Le Collège Saint Charles Lwanga est une institution éducative du second cycle dans le cadre des écoles et collèges privés catholiques. L’initiateur d’une telle œuvre éducative fut Mgr Augustin SAGNA, jadis évêque de Ziguinchor aujourd’hui à la retraite après tant d’années de bons et loyaux services à l’Eglise et au prochain. Le caractère pastoral fut un des mobiles de la création de cet établissement d’où la présence d’un prêtre à la Direction depuis sa fondation en 1970. Peu à peu, le collège Saint Charles Lwanga pris de l’ampleur à Ziguinchor, tant par sa discipline, sa rigueur et son sérieux dans le travail que dans ses résultats aux différents examens et concours. Les bons résultats obtenus chaque année aux examens et concours nationaux nous ont valu d’être cités parmi les établissements scolaires les plus performants de la région, voire du pays.

En célébrant ses 25 ans d’existence en 1995, belle fut l’occasion de rappeler à tous le processus de sa création et ses performances (1.140 bacheliers issus de l’établissement depuis sa fondation jusqu’à 1994). Nous livrons ci-dessous l’itinéraire chronologique difficile, cahoteux parfois, mais exaltant et humble à la fois.

1970 – 1971
En juin 1970, Mgr Augustin, avec l’aval de la Province Canadienne des Jésuites, demande au Père Charles DUBE, alors au Collège Sacré-Cœur de Dakar, de venir ouvrir un second cycle à Ziguinchor, qui serait comme le prolongement des tous les collèges premiers cycles fonctionnant dans le diocèse.

Le Père Charles DUBE est un jésuite que les Frères du Sacré-Cœur avait fait venir pour assurer l’aumônerie dans leur grand collège dakarois. Ce second cycle baptisé « Collège Saint Charles Lwanga » fut à ses débuts aménagé dans les locaux de la « Maison des Œuvres Catholiques » du diocèse, Rue Lemoine x Maréchal Foch, moyennant quelques aménagements.

Le 12 octobre 1970 eut lieu la première rentrée scolaire du Collège Saint Charles Lwanga : 3 secondes A, B, C. Trois professeurs permanents : Père Charles DUBE, Sœur Fernande DESLANDES ; des Sœurs de Saint Joseph de Hyacinthe au Canada ; Mme P. TRINCAZ une française en coopération à Ziguinchor avec son mari, et des vacataires.

s6300087.jpg

Maison des Soeurs canadiennes

Conditions d’inscription :

Avoir moins de 20 ans, présenter une moyenne scolaire de 10 sur 20 au moins en 3eme, verser 500 francs de frais généraux et pouvoir assurer une scolarité mensuelle de 2.500 f CFA. Les amarres sont larguées, et vogue la galère … « Ad multos annos » !

 

1971-1972
A la rentrée d’octobre 1971, on compte 146 élèves en Secondes A, B, C et en Premières A et D. Trois (3) professeurs permanents : Père Charles DUBE, Père Claude SOUFFRANT,un jésuite Haïtien nommé Charlot et seul noir de la communauté jésuite de Charles Lwanga, de Sœur Geneviève des Sœurs de la Présentation de Marie de France et des vacataires.

Dans le courant de l’année, on note la visite du Père Adrien LEONARD, venu se rendre compte des conditions concrètes d’existence du collège. A la fin de l’année scolaire, le Père DUBE fatigué, doit rentrer au Canada pour se refaire des forces ; père Claude SOUFFRANT est rappelé aussi par ses supérieurs.

 

1972-1973
La rentrée scolaire 1972 mérite d’être soulignée à plus d’un titre ; d’abord cette année scolaire est une parenthèse dans un parcours qui se voulait sans rupture. En effet, le père DUBE rentré au Canada, il fallu improviser un nouveau Directeur pour le Collège. Ce fut l’Abbé François DIANDY qui a été nommé Directeur pour cette année-la seulement.

Ensuite la maison des Œuvres a été abandonnée pour un bâtiment tout neuf que Frère Boniface DIATTA avec ses ouvriers bien sûr, mais avec le concours appréciable des séminaristes du futur Séminaire Notre-Dame, venait d’achever dans le prolongement vers l’Ouest du Séminaire Saint-Louis : le Collège actuel.Il comptait 200 élèves et pour la première fois deux Terminales A et B.

s6300083.jpg

Frère Boniface Diatta dit le Bandit

En Février 1973, le génie militaire basé alors à Bignona, a entrepris avec ses engins de construire le terrain de sport. Dure besogne ! Il faut dire qu’à l’époque, ce domaine du diocèse, en dehors du séminaire Saint-Louis et ce qui en avait été humanisé, tout le reste était en forêt, brousse et dénivellations. Une « Université » très florissante (entendez : débit de vin de palme!) avait installé ses camps dans le sous- bois très ombragé de l’actuel terrain de football. Des mois durant, les classes étaient remplies du ronronnement inconfortable des machines. Et pour la petite histoire…Pendant les travaux, la branche d’un arbre malmené par un bulldozer, s’est détachée pour venir achever sa course sur le conducteur. Le coup lui a été fatal. C’est le lourd tribu payé aux génies qu’ont dit hanter les lieux. Le collège a coûté en argent, c’est vrai, mais il a surtout coûté en veilles, sueur, sang et vies.

s6300085.jpg

 

 

 

 

 

 

Séminaire Saint Louis de Ziguinchor

 

On note la visite du père Adrien LEONARD. Avec quelques vacataires, il faut rendre hommage à l’équipe des professeurs permanents qui, avec les moyens du bord, a mené le collège jusqu’à la fin de l’année scolaire et a présenté les premiers élèves au baccalauréat : Abbé Dominique SAGNA, du clergé diocésain de Ziguinchor, Sœur Geneviève COURIAUD, Monsieur Daniel JOLIN ; canadien, Mademoiselle Paule RACINE, canadienne, Madame Simone NIEDERLENDER, Française et abbé François DIANDY : – 10 bacheliers sur 27 présentés en TA – 05 bacheliers sur 32 présentés en TB Score très modeste pour ne pas dire autre chose ! Mais on ne perd rien à attendre. La patience et le temps viendront couronner les efforts.

 

1973-1974
Le Père Adrien LÉONARD prend la succession du collège dès le mois d’Août 1973. Le Père LÉONARD n’est pas tout à fait un nouveau venu ; il avait fait un séjour à Ziguinchor en 72 et un autre en 73. Il connaissait dans une certaine mesure le milieu et le contexte du Collège Saint Charles LWANGA. Le Père arrive à ZIGUINCHOR avec six (6) autres Jésuites dont le père DUBE requinqué, six (6) Religieuses du Bon Conseil, trois (3) laïcs, tous Canadiens et Canadiennes et des tonnes de bagages pour la bibliothèque et le laboratoire. Pour un collège largement démuni, quel cadeau !

Avec un corps enseignant de 16 professeurs permanents dont 13 religieuses, un nouveau souffle est insufflé : on chantait l’hymne national le matin dans la cour avant les cours ; la galerie des portraits date de cette année-là, ainsi que le téléphone .On ambitionne de faire du collège un haut-lieu de savoir et de vertu. « La formation donnée au collège Saint Charles Lwanga assure la préparation des jeunes qui seront plus tard des valeurs authentiques capables d’exercer une influence déterminante dans le milieux où se déploieront leurs activités …. »

 

 » La valeur d’un collège dépend en premier lieu, dela puissance du rayonnement de son personnel ; en second lieu de la qualité humaine de ses étudiants (règlements généraux années 73-74 document n° 1) « 

Le collège peut maintenant affronter la haute mer ; il est équipé pour pouvoir le faire.

1974-1983
D’années en années, le collège affermira son organisation interne et ses structures .Le corps des professeurs permanents connaîtra des variations et des changements ; les élèves continueront d’affluer et les résultats, variables. Les statistiques sont éloquentes . En 1977, le retrait du collège des séminaristes de Notre Dame porte un terrible coup au moral de la direction et de l’équipe éducative du collège.

1983-1989
Et les années passent comme à regret .Et en fin d’année scolaire 1983, les Jésuites donnent leur démission. Dieu les bénisse pour le travail considérable accompli pour la naissance et la vie du Collège Saint Charles LWANGA. Pour la rentrée 1983-1984, c’est encore l’abbé François DIANDY qui revient à la direction dix ans après en être parti ; mais ces six (6) années 1983-1989, avec le recul ,ressemble plus à un intérim entre le règne du Père Adrien LEONARD et celui que règne actuellement l’abbé Antoine SAMBOU ; règne qui présente des promesses de fécondité et des signes de longévité.

 

1989
L’abbé Antoine SAMBOU est nommé directeur du collège Saint Charles LWANGA POUR LA RENTREE 1989.Solidement implanté et structurellement bien organisé, le collège peut maintenant lier des relations extérieures sans crainte ni timidité: c’est l’heure des jumelages. Dieu soit loué !

Situation actuelle:
Chaque année, le Collège accueille en moyenne 550 élèves de toutes races et confessions religieuses répartis en 14 classes. Le personnel enseignant se compose de 50 professeurs dont la presque totalité sont vacataires puisqu’ils occupent déjà un poste permanent dans un autre établissement public.

Comme infrastructures d’accueil, le Collège dispose de 20 locaux (incluant des salles de classe, laboratoires, bureaux) un terrain de football, de basket, de volley-ball, de handball et d’une cour de récréation. Le Collège Saint Charles Lwanga est dans la région naturelle de Casamance le seul établissement catholique de second cycle (lycée). De ce fait, il accueille en priorité tous les élèves venant des autres établissements privés catholiques du premier cycle (secondaire) de la région.

Ces élèves sont en très grande majorité fils de paysans aux revenus très modestes. Ce qui nous amène à accueillir des élèves dont les parents n’arrivent pas à payer la cotisation qui s’élève à 123 000f CFA par an. En effet, le Collège ne renvoie pas les élèves qui rencontrent des difficultés à s’acquitter de leur cotisation lorsque les résultats scolaires de celui-ci sont satisfaisants. Jusqu’à ce jour, les cotisations des élèves demeurent les seules sources financières du collège. Celles-ci réussissent à peine à acquitter le salaire des professeurs et du personnel administratif. Dans ces conditions, il nous est difficile d’assurer correctement l’entretien des locaux et de renouveler le mobilier….

Que le Collège Saint Charles Lwanga ait encore beaucoup de beaux jours devant lui et que tous ceux qui l’aiment, anciens, nouveaux, parents, amis contribuent, chacun à sa manière, à sa prospérité.

de l’ Abbé François DIANDY , ancien Directeur du Collège

 

Que représente pour nous le Collège Saint Charles LWANGA ?

« Un cadre de croissance de jeunes garçons et filles de toutes confessions religieuses, en vue de la prise en mains, demain, des leviers du développement intégral de notre pays, et ce, à côté des différents Etablissements qui, au Sénégal, se sont assignés le même objectif » « …C’est avec tous ces paris que nous ambitionnons de faire de Saint Charles LWANGA un haut lieu de formation de l’élite qui, dans le troisième millénaire, assurera un développement harmonieux à notre pays, en faisant, tout à la fois, une terre où l’on vivra heureux. »

de Mgr Augustin SAGNA, Evêque émérite

 

Les Directeurs de 1970 à nos jours :

Père Charles DUBE, (1970-1972)

Père Adrien LÉONARD(1972-1985)

Abbé François DIANDY (1985-1989)

Abbé Antoine Kabossa SAMBOU( 1989-2004)

Abbé Bernard DIATTA (2005-

41 réponses à “Histoire du collège”

1 3 4 5
  1. 31 07 2019
    MR SYLLA (20:29:33) :

    Merci de me communiquer les prix d’inscription pour une classe de seconde et le prix annuel de la scolarité.
    salutations distinguées

1 3 4 5

Laisser un commentaire




rorokivouzaime |
Bombermanga |
Des enfants du voyage aux e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sally1000
| abdallah2008
| dé com's par miliers